Miniafillesbasket

A la rencontre de la sneakers au féminin

La Sneaker était auparavant vue comme un univers très masculin, en effet les filles en baskets finissaient souvent estampillées comme étant des « garçons manqués ». Mais, depuis plusieurs années, nous nous apercevons que les filles prennent de plus en plus de place sur le marché, avec l’essor des blogs, des chaines Youtube de qualité, tous ces nouveaux médias qui ont permis la mise en avant de ces nouvelles acheteuses. Si l’accès à la Sneaker est désormais plus simple pour la gente féminine, il reste encore aujourd’hui une vraie démarcation entre le marché pour hommes et celui pour les femmes.

J’ai discuté avec trois d’entre elles, elles sont toutes différentes mais sont cependant confrontées à ce même problème chaque matin, ce problème qui nous lie tous, nous, accrocs à la basket: choisir une paire.

Bonjour, peux-tu te présenter en quelques lignes, ton activité autour de la Sneaker si tu en as une ?

Cam : Hello, moi c’est Camille, j’ai 18 ans et je suis étudiante en BTS Mode. Folle amoureuse de la basket, pour moi la Sneaker représente en quelque sorte l’élément principal d’une tenue, c’est pour ça que j’y accorde beaucoup d’importance et je fais attention (du moins j’essaie!) de la matcher avec le reste de la tenue. En ce qui concerne mon activité, je pratique le dessin numérique qui occupe une grande partie de mon temps maintenant. J’ai commencé cette activité grâce à l’école! L’année dernière en prépa art, on nous apprenait à nous servir de logiciels comme Illustrator et Photoshop, en dehors des cours j’ai appris à “bidouiller” ces fameux logiciels: à partir de photos [de paires] je faisais “tracés puis couleurs”,  et puis j’ai trouvé ma griffe, ça m’a plu, ça a plu. Maintenant je ne compte plus le nombre de dessins que je fais, c’est vraiment cool, on me propose des collabs, et pleins d’autres projets pour la suite!

Champi : Eh bien bonjour, moi c’est Rafaelle ou Champi au choix, j’ai 25 ans, je suis de St Tropez et je viens de finir mes études de design graphique (#jerechercheunemploi haha)! Pour l’instant ma seule activité liée aux Sneakers c’est l’achat compulsif, mais ça fait un petit moment que je suis intéressée par le custom, je vais sûrement passer le pas bientôt et me procurer mon premier kit angelus !

Lily : Hello! Je m’appelle Lily, j’ai 32 ans et je vis sous le soleil de Barcelone depuis bientôt un an. Je travaille de chez moi pour la Start-up de Taïg Kris, le champion de Roller, qui développe une application mobile. À côté de ça, j’ai un gros faible pour les Jordans et les Air Max.

Depuis quand es-tu tombé dans la basket ?

Cam : Je dirais que ça doit faire 2 ans que je suis vraiment dans le domaine, que je cherche des petites perles et que j’empile les box, je n’hésite pas à me déplacer à chaque event sneakers, le QG des passionnés de la basket !

Champi : Cela a vraiment commencé petit à petit, ça a débuté juste après le lycée avec un pote,  on était à fond sur les Nike dunk, puis j’ai commencé à m’acheter en plus une ou deux paires de blazer par ci, quelques supra par là  (des paires plutôt accessibles,  je pense, quand on n’est pas trop dans ce mouvement), avant de commencer à connaître un peu les sites spécialisés, à force de chercher des nouvelles paires, et à vraiment acquérir des connaissances sur le monde de la Sneaker. Mais ça a pris beaucoup de temps, je suis passé par beaucoup de modèles différents avant de tomber amoureuse de la AM1 et d’affiner mes gouts. Disons que j’ai commencé à m’y intéresser il y a 7 ans et je suis réellement tombée dedans il y a 4 ans, et puis on finit par découvrir des shops et donc des modèles qu’on ne croiserait pas dans un petit village comme le mien et là on devient fou.

Lily : J’ai eu ma première paire, des Filas Bubbles, en 97, j’avais 13 ans. Je les ai portées et usées jusqu’à la couenne ! Sinon, ça ne fait pas si longtemps que je me fais vraiment plaisir de ce côté-là. Même si j’ai toujours aimé la basket, je me suis longtemps contentée d’envier les belles paires de mon entourage ou des gens que je croisais dans la rue sans jamais oser en porter moi-même. Puis un jour je suis tombée sur la Jordan 3 True Blue par hasard, je l’ai achetée, et j’ai commencé à me pencher sur l’histoire de chaque paire de JB. Ensuite j’ai rencontré mon copain qui m’a transmis son amour pour la Air Max. Je ne me considère pas comme une « Sneaker Head », mais plutôt comme une acheteuse compulsive. Je m’habille très basique, je ne suis pas trop branchée sapes, et encore moins bijoux ou sacs. Donc je me fais plaisir en achetant 2 à 3 paires par mois. Je ne recherche pas spécialement de hits ou de « must have », je fonctionne essentiellement aux coups de coeur. Je peux craquer pour des petites paires totalement inconnues à 50 balles en promo sur Sivas Des Calzo par exemple.

Ce n’est pas trop dur de trouver des paires en petites tailles ?

Cam : Évidemment, les petites tailles sont généralement sorties en moins d’exemplaires, elles sont donc plus “rares” et coûtent un bras au re-sell…

Champi : Dur non, parce qu’il faut tout de même avouer qu’il y a une quantité impressionnante de modèles. Pour ma part,  je dirai plutôt que c’est frustrant car sur des gros heat on est souvent oublié, ça commence toujours au 40 ou au mieux au 38,5. En plus de ça, on n’est pas toujours au courant de la première taille. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis connectée à 8h58 pour cop une paire et que j’ai refermé le site en larmes…

Lily : Au contraire, je trouve ça plutôt simple. On a la chance d’accéder à des petites releases sympas, telles que la Jordan 7 Mineral qui fait beaucoup de jaloux chez la gente masculine, la 5 Hot Lava, les séries Heiress, ou encore des petites Air Max 1 dans des colorway très cools et forcément bien moins chèrs. La seule chose que je regrette, c’est que chez JB, la qualité du cuir ou des box sont bien différentes des men size. On n’a pas le droit aux sublimes box des 11, ni au cuir Premium des Banned, par exemple.

As-tu participé au « sneakers-event Ladies »? Si oui, qu’as-tu pensé de l’initiative ?

Cam : Oui, comme je te l’ai dit un peu plus tôt, à chaque event,  je monte sur Paris. C’est là-bas qu’on peut trouver des paires qui ne sont plus sur le marché, de bonnes collab, de bonnes affaires, retrouver et rencontrer pleins d’autres passionnés. J’ai en effet participé au sneakers event ladies en tant que visiteuse et je préfère largement le mixte, c’était vraiment une bonne idée de faire ça, de tester etc..,  mais au final je préfère vraiment le mixte. Pourquoi ne pas faire quelque chose d’encore plus grand pour tous nous réunir ?

Champi : Je suis allé à quasiment toutes les éditions du sneakers-event Paris (j’en profite pour leur dire qu’entre mi-mai et mi-septembre c’est pas cool parce que je ne peux pas venir) et j’en profite aussi pour leur dire qu’ils ont fait un sacré boulot depuis la première édition c’est un évent vraiment bonnard. Je n’étais pas au sneakers event Ladies mais je trouve pas cette idée géniale, c’est dommage de nous séparer comme tu dis, j’ai du mal à comprendre, en plus j’ai un peu l’impression d’être pris pour un jambon à refaire la queue et repayer pour cet event qui pourrait juste s’ajouter au premier déjà existant

Lily : Je ne vis plus en France depuis 2 ans, et il m’est compliqué de me déplacer à ce genre d’événements. Mais il y a le Lover Sneakers event à Barcelone tous les 6 mois dans lequel je vais toujours faire un tour. Je n’ai jamais fait d’event dédié qu’aux meufs, et je ne pense pas que j’en serais une adepte. Je trouve qu’il y a déjà assez de disparités entre les hommes et les femmes dans ce milieu-là, même si ça commence à changer. Et au-delà de tomber sur des pépites parfois, les events sneakers, c’est aussi l’occasion de croiser des gens qu’on suit sur Insta par exemple, ou faire des rencontres, échanger.

 

 

Au travers de ces quelques questions, j’ai rencontré trois vraies amoureuses de la basket qui, contrairement aux idées reçues, ont moins de mal que ce qu’on pourrait penser à trouver des paires en petites tailles. Cependant comme elles l’ont expliqué, elles aimeraient que les event ne soient plus destinés qu’à elles et préféreraient voir quelque chose de plus grand pour en finir avec les différences. Merci encore les filles pour votre temps et votre disponibilité !

Réseaux sociaux :

Twitter : CamXV, Champi, Lily 

Instagram : CamXV, Champi, Lily